Site officiel de l'Office de Tourisme Creuse Thaurion Gartempe - 12 place Defumade - 23150 AHUN // Tél. : 05 55 62 55 93 - Mail : contact@ahun-creuse-tourisme.fr
Accueil >> Patrimoine >> Sites et villages à découvrir >> Le Viaduc ferroviaire de Busseau sur Creuse
Sites et villages

Le Viaduc ferroviaire de Busseau sur Creuse

Le Viaduc ferroviaire de BUSSEAU SUR CREUSE sur la vallée de la Creuse près d'AHUN.

Ce viaduc ferroviaire fut construit en un an en 1864  par la compagnie PARIS-ORLEANS (P.O), qui a obtenu la concession de la ligne de chemin de fer.

Maillon central de la ligne transversale SUISSE-ATLANTIQUE, il a permis le franchissement de la vallée de la rivière Creuse.

Il a été conçu par un français, l'ingénieur en chef Wilhelm NÖRDLING de la compagnie P.O, et réalisé par Francis LLOYD, ingénieur français sur le chantier.

Il fut le premier viaduc de grande hauteur entièrement métallique (piles et tablier) construit en France. Il fut inauguré le 23 décembre 1864.

Il mesure, par rapport au niveau d'étiage de la Creuse, 56,50 mètres de haut. Quant au tablier métallique, il mesure 286,50 mètres de long. Celui-ci repose sur cinq piles, formées chacune de huit colonnes de fonte, solidarisées entre elles par des croisillons métalliques.

Un viaduc "d'amenée" de trois arches en pierre complète l'ouvrage au Nord-Est (côté Montuçon).

Au total, le viaduc mesure 338,60 mètres de long.

La ligne Saint-Sulpice-Laurière/Montluçon fut ouverte au trafic le 4 février 1865.

Le 15 janvier 1975, il fut inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques au titre de " Réalisation Industrielle audacieuse du XIX ème siècle ".

Pendant la seconde guerre mondiale, il a été saboté deux fois par la Résistance Française. L'objectif n'était pas de détruire l'ouvrage mais d'empêcher la circulation de l'armée Allemande (troupes et matériel), remontant vers le Nord de la France (front de Normandie puis de l'Est).

Le premier sabotage eut lieu le 30 avril 1944 : l'affaissement de la première pile Nord-Est n'a pas été suffisant pour interrompre durablement le trafic.

Le second sabotage eut lieu le 18 Juin 1944 : la deuxième pile Nord-Est  s'est affaissée de 14 cm ; le trafic a été totalement interrompu jusqu'à la fin de la guerre.

La réparation a consisté à noyer la base des deux piles dans un sarcophage de béton (qui existe toujours).

 

Texte de Mr A. Fanton